1-BIOGRAPHIE    par      
Jacky Lafortune -dit Jacky- est né en 1946 à Niort, en pleine génération du baby boom.
Engagé contre la guerre du Viêt-Nam et la dictature franquiste à partir de 1965, il n’attend pas Mai 68 pour la grande remise en question qui s’ensuivra.
En 1969, il est cofondateur, avec Jacques Aboulker, du Comité de Lutte de Renault-Billancourt.
Adepte des voyages, Jacky parcourt l’Europe en auto-stop. C’est ainsi qu’en Scandinavie, à la fin des années 60, il prend part aux toutes premières contre-cultures urbaines (sources de l’Art de Rue qui deviendra ultérieurement le “ Street Art “ aux USA)

Ce mouvement se développe dans les rues piétonnes nordiques et Jacky, présent, s’initie à l’art de la craie de rue avec des compagnons de voyage.

Passionné par les Sciences humaines, il étudie tout d’abord la sociologie ; par la suite il opte pour la psychologie et les sciences politiques ainsi que l’anthropologie. Il se consacre en finalité aux arts plastiques et à l’histoire de l’art.

Titulaire d’un doctorat sur les fresques médiévales, il n’en reste pas à une approche livresque et choisit la pratique : invité à l’école des Beaux Arts de Paris, il sera élève dans l’atelier de Pierre Caron.

Agé de 40 ans, il décide de se consacrer à la peinture et dirige, pendant 20 ans, un enseignement à l’Université Paris VIII -l’Atelier Craie Action- tout en poursuivant sa peinture.

Bien que profondément attaché à la peinture classique et moderne, Jacky considère le cubisme comme le paroxysme de l’Art encore indépassable aujourd’hui.
De son atelier, en 1989, fleuriront sur les murs de la faculté réservés à cet effet les peintures aérosol animées par les premiers jeunes tagueurs-graffeurs du Hip-hop.

Cette aventure graphique décriée par certains et adulée par d’autres est décrite dans un ouvrage qu’il rédige rapidement en 1993, et intitulé  “Le Muralisme à l'université“.

 
éD’autre part, la chaîne de télévision ARTE diffusera au printemps 2019 une série documentaire réalisée par le producteur-cinéaste Pascal Tessaud sur l’histoire de ces ateliers Hip-Hop entre 1989 et 1993.

Il réalise en 1987 une série de craies sur le mur de Berlin.

A partir de ces expériences graphiques non conventionnelles, Jacky étudiera méticuleusement les caractéristiques spatiales des deux principaux supports urbains :
1) la façade murale verticale favorisée par les picturo-graphitistes, les pochoiristes et les graffeurs ;
2) les espaces horizontaux : rues piétonnes, places publiques, réservées aux craies de rue.
Il publie à ce sujet, en 2000, « Les Crayeurs de rue et l’espace graphique » (L’Harmattan, Champs visuels),réédité en 2019

 
Ses tableaux ont été exposés d’abord à Berlin, puis pendant 20 ans à la galerie Mouvances à Paris jusqu’à sa fermeture.
Désormais, il présente régulièrement ses œuvres à la Maison MAOL, rue de Belzunce à Paris

..................................................................................
 
La Maison Maol
La Maison Maol